RYAN TRECARTIN AU MUSEE D’ART MODERNE DE PARIS

Ryan Trecartin, I-Be Area, 2007, Video 1hr 48 minutes

Ryan Trecartin, I-Be Area, 2007,  video 1hr 48 minutes

Ryan Trecartin est un artiste et réalisateur né en 1981 à Webster, Texas. Il vit et travaille entre New Orleans, Los Angeles, Philadelphia et Miami.

En 2006 le Wall Street Journal inclus Trecartin dans une  sélection de dix artistes américains émergents, y compris Dash Snow, Rosson Crow, Zane Lewis et beaucoup d’autres.

Les récits vidéo de Rayan Trecartin se déploient comme des visions, ou plutôt des rêves, futuristes. En collaborant avec un casting qui inclut famille et amis, il réussit à fusionner manipulations numériques sophistiqués avec des images à partir d’internet et appartenant à la culture pop.

De lui Kevin McGarry (écrivain et codirecteur de Migrating Forms, festival annuel d’art en mouvement à l’Anthology Film Archives) écrit : «  Ryan Trecartin a établi une pratique vidéo singulière que dans la forme et dans fonction propose la compréhension de la technologie post- millénaire, narration et identité, et propulse aussi ces questions en tant que moyens d’expression. Son travail raconte des mondes où la culture de consommation est amplifié à des proportions absurdes ou nihilistes dont les personnages s’efforcent de trouver d’en trouver une voie de fuite et un sens à leur vie. La combinaison d’impénétrables avant-gardes et des logiques tous aussi bizarres, l’usage de la couleur, la forme, le drame produisent un sublime, un « stream-of-consciousness » qui est étonnamment fidèle à la vie ».

Après avoir exposé à Toronto, au MoMa de New York, au Museum of Contemporary Art à Los Angeles, Trecartin débarque en France, à Paris avec l’exposition Any Ever

Des le  18 octobre 2011 au 8 janvier 2012 le Musée d’art Moderne de la Ville de Paris présente  la première grand exposition en France de Ryan Trecartin en collaboration avec Lizzie Fitch.

Dans ces vidéos les caractères crient, débâtent et se disputent. Le maquillage st une forme de peinture qui joue son propre droit.  Les images et les personnages se multiplient, se divisent et mutent. Le genre, l’identité et la peau ne sont rien s’ils ne sont pas fluides.

Tweets et messages de texte clignotent sur l’écran et la langue parlée semble sur le point d’être réinventé. Les gens cassent des choses, sautent dans des piscines, font des tableaux…


Comme le travail d’artistes comme Paul McCarthy, Matthew Barney et Pipilotti Rist ces situations brisent effectivement l’emprise du théâtre « black-box video » et forgent une nouvelle intégration de l’art vidéo et de l’installation.

Ryan Trecartin on Vimeo:

http://vimeo.com/trecartin

Written by F.M

Advertisements
Tagged , , , , , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: